01/06/2014

La politique belge (brièvement) expliquée aux Français

 

La Belgique est connue en France pour son instabilité gouvernementale et ses bisbilles entre flamands et francophones. Je profite donc de l’occasion des élections du 25 mai dernier pour décrire brièvement le système politique du pays, et contribuer à expliquer le pourquoi de ces phénomènes.

Comme dans toute démocratie, chaque parti politique est censé représenter une sensibilité de l'opinion – en Belgique, les trois principales sont les libéraux, les chrétiens-démocrates (coutumièrement dits « sociaux-chrétiens ») et les socialistes. Cela devrait en principe correspondre à trois partis, mais en Belgique trois égale six, car les partis de gouvernement s’y sont scindés en un parti flamand et un parti francophone dans les années 1970. Ce point concerne aussi le mouvement écologiste, qui se veut faire de la politique autrement...

Il y a donc, du côté flamand : le VLD, libéral ; le CD&V, social-chrétien ; et le SPA, socialiste, auquel il faut ajouter Groen, de sensibilité écologiste (le mot Groen signifie "Vert"). Je fais grâce de la signification des initiales en néerlandais.

Du côté francophone, il y a le MR (Mouvement réformateur), libéral, le Cdh (centre démocrate humaniste) chrétien-démocrate, le PS social-démocrate, ainsi qu’Ecolo.

D'autres partis, de sensibilité indépendantiste ou autonomiste, ne s'adressent par nature qu'aux flamands ou qu'aux francophones. Cela concerne les indépendantistes flamands : le Vlaams Belang, comme "Intérêt flamand", aux idées proches de celles du Front national, et la NVA, comme "Nouvelle Alliance flamande", aujourd'hui le premier parti en Flandre. Chez les francophones, cela concerne les Fédéralistes démocrates francophones (FDF). Ces partis renforcent bien évidemment la scission du pays en deux espaces politiques, flamand et francophone, distincts.

Le seul parti important à refuser la scission sur des bases linguistiques est le Parti du Travail belge (PTB, ou PVDA en Flandre), d’extrême-gauche, que l'on pourrait comparer au NPA français à ceci près qu'il est de sensibilité maoïste. Certains de ses militants, étudiants en médecine à Louvain, ont lancé l'organisation Médecine pour le Peuple (MPLP, ou en Flandre, Geneeskunde voor het Volk), qui ouvre des cabinets médicaux dans les quartiers populaires. J'ai personnellement rencontré le Président de MPLP, Dirk van Duppen, médecin à Deurne, à Anvers, et l'ai cité dans un article sur le Ring d'Anvers. Le PTB a par ailleurs de nombreux conseillers communaux, provinciaux, ce qui traduit un ancrage réel.

A cette exception près, l'ensemble du monde politique belge a donc importé, au sein même de ses organisations, la division progressive du pays advenue depuis les années 60. Cela a tendance à conforter les régionalismes et il n'est donc pas étonnant de voir que l'opinion, ou plus exactement son expression électorale, est profondément divisée selon que l'on est flamand ou francophone. D’autre part, cette division des organisations politiques exacerbe l’instabilité car il est plus compliqué de s’entendre à 8 qu’à 4.

Pour résumer, la Flandre vote majoritairement à droite, la Wallonie (francophone) à gauche, et Bruxelles-Capitale… à quasi-parité pour l’une et l’autre : match nul, balle au centre, si l’on ose dire.

En Flandre, la vie politique est marquée depuis quelques années par la montée de la NVA (indépendantiste, voir plus haut).

Mais plus que l'expression d'une poussée indépendantiste comme le présente (et le diabolise) souvent la presse française, le succès de la NVA correspond avant tout à une redistribution des voix au sein du camp conservateur et en particulier au détriment du Vlaams Belang, qui obtenait succès sur succès dans les années 90 avec son dirigeant Filip De Winter (il s’appelait alors Vlaams Blok).

De plus et surtout, le vote pour la NVA apparaît comme un vote anti-système, son leader Bart De Wever se présentant souvent sous un jour de réprouvé - un peu comme les dirigeants du FN en France. Il y a aussi une dimension de "pipolisation" de la vie politique, le même Bart de Wever étant devenu célèbre notamment grâce à sa participation à un jeu télévisé, par ses bons mots. Il a été élu bourgmestre (maire) d'Anvers, commune la plus peuplée du pays, à l'automne 2012.

Au plan social, son programme peut être qualifié d'ultra-libéral, De Wever se disant souvent proche de la VOKA, l'organisation flamande correspondant à la CGPME en France. Au-delà de sa dénonciation des "transferts financiers" que paierait la Flandre pour la Wallonie plus pauvre, il veut remettre en question les droits sociaux des salariés… y compris flamands.

La Belgique est une monarchie parlementaire : c'est donc la Chambre issue des élections fédérales qui détermine la composition du gouvernement et le Premier Ministre, alors que le Chef d'Etat reste le Roi désigné selon le principe héréditaire. Les élections régionales déterminent le Parlement régional et donc l'exécutif de chacune des Régions, au nombre de trois : la Flandre, la Wallonie et Bruxelles-Capitale. Les européennes, comme dans le reste de l'Europe, déterminent les députés à envoyer au Parlement européen, au nombre de 21 pour la Belgique. A noter que Guy Verhofstadt, libéral de nationalité belge, est candidat au poste de Président de la Commission européenne.

Signalons aussi une spécificité belge : le vote de préférence, qui permet à un électeur de voter pour un homme politique en particulier, un "vote de gueule" si j'ose dire.

Ce 25 mai se tenaient en Belgique les élections européennes, mais aussi les fédérales (à la Chambre des députés) et les régionales. Le scrutin a confirmé l'ancrage de la NVA en Flandre – quasi uniquement au détriment du Vlaams Belang. La NVA est ainsi le parti le plus représenté de Belgique à la Chambre des députés ; l'enjeu est désormais de savoir si ce parti indépendantiste acceptera de participer à un gouvernement fédéral belge ou de le soutenir.

En attendant, son dirigeant Bart De Wever est désormais formateur (en néerlandais, onderhandelaar), c'est-à-dire le négociateur officiel pour la formation du nouveau gouvernement.

En Wallonie, le PS, tout en restant dominant, laisse des plumes, une défaite sans commune mesure toutefois avec la déculottée enregistrée en France. Les socialistes restent d’ailleurs la première force politique si on additionne l'aile francophone et l'aile flamande. Le MR libéral gagne quelques points est n'est plus très loin derrière le PS.

L'autre événement est la montée du PTB, dont j'ai parlé plus haut - ce phénomène où un parti de la gauche de la gauche parvient à capter une partie du mécontentement rappelle ce qui s'est produit en France il y a une dizaine d'années avec Lutte ouvrière et la LCR. Le PTB envoie deux députés au Parlement, augmente son électorat au détriment du PS dans la ceinture rouge de Liège mais enregistre aussi de bons scores en Flandre, où il est le mieux implanté. J'ai cité dans ce blog l'un des heureux élus, M. van Hees, dans mon article sur le système fiscal belge.

La Belgique enregistre donc la montée d’un démagogue droitier beaucoup moins forte qu'en France cependant, et une petite poussée de la gauche radicale. Mais les partis de gouvernement continuent de rester très majoritaires, ce que les dirigeants socialistes n’ont pas manqué de le faire remarquer ; ce phénomène est typique d'un pays à la culture marquée par le sens du compromis politique, où le gouvernement actuel (de M. di Rupo) est d’ailleurs multicolore.

Vincent Doumayrou,

auteur de divers articles consacrés au monde néerlandophone parus dans Le Monde Diplomatique, le site Mobilettre,

et traducteur de textes à caractère culturel pour Septentrion, revue éditée par Ons Erfdeel VZW.

Le journal La libre Belgique fait un point assez complet sur les résultats :
http://www.lalibre.be/page/elections2014

----------------------------------------------------------------

Pour me contacter : vincent-doumayrou[a]laposte.net

Pour retourner à la page d’accueil : http://d-arras-a-groningen.skynetblogs.be

----------------------------------------------------------

 

Les commentaires sont fermés.